Soutien pour la prise de décision

Il n'est pas facile pour les personnes dans une relation toxique de prendre des décisions et de réfléchir à la suite des événements. Si tu ne te sens pas en sécurité ou en confiance dans ta relation, il est important de réfléchir à quelles actions peuvent améliorer la situation.

Nous voulons te soutenir dans cette démarche et t'aider à prendre une décision.

Plan d'urgence

Tu es dans une relation violente et tu te sens en danger.

Les partenaires violent-e-s peuvent être très imprévisibles. Un plan d'urgence peut t'aider à échapper à une situation de violence extrême et à mieux te préparer à une situation de crise.

Voici quelques éléments à prendre en compte pour ton propre plan de secours :

  • J'ai toujours un peu d'argent et mon téléphone portable sur moi.

  • Je connais les numéros d'appel d'urgence et d'autres services importants (police, foyer d'accueil pour femmes, centre d'aide aux victimes)

  • J'informe une personne de confiance et je discute avec elle/lui de mon plan d'urgence. Si j'ai des enfants, je les mets au courant dans la mesure du possible.

  • Je fais des copies de documents importants que je dépose dans un endroit sûr. Je peux aussi demander à ma personne de confiance de m'aider à le faire.

  • Je prépare un sac d'urgence que je conserve chez ma personne de confiance ou dans un autre endroit sûr. J'y mets des vêtements pour quelques jours, des produits d'hygiène, des affaires personnelles importantes, des médicaments, de l'argent, des clés de rechange, un câble de recharge, un passeport/une carte d'identité, des certificats d'assurance, des documents bancaires, un permis de séjour.

  • Si je ne peux pas parler ouvertement, j'utilise un signal d'urgence que j'ai convenu avec ma personne de confiance. Ainsi, il/elle sait que j'ai besoin d'aide. Je détermine à l'avance ce que ma personne de confiance doit faire exactement dans ce cas ou comment mes enfants doivent réagir.

  • Je connais les issues de secours si je dois quitter soudainement mon logement (sorties, ascenseur, fenêtres). Je réfléchis également à l'avance à mon itinéraire de fuite et je sais comment me rendre le plus rapidement possible dans un endroit sûr.

Si tu as régulièrement peur pour ta sécurité, nous t'invitons à remplir notre questionnaire sur l'évaluation du danger dans ta relation.

Entscheidung Kinder Au contraire, c'est pour tes enfants que tu ne devrais pas rester.

Enfants

Tu es dans une relation violente et tu as des enfants ou vous en avez ensemble. Que peux-tu faire ?

Prendre conscience de ce que signifie la violence pour les enfants
Lorsque les enfants sont témoins de violence entre leurs parents, c'est très éprouvant pour eux. Bien souvent, les enfants remarquent plus que ce que les parents pensent ou anticipent. Le sentiment que leur foyer n'est pas sûr et que l'un de leurs parents est en danger déclenche une peur et un sentiment d'impuissance qui peuvent persister longtemps. Les enfants pensent aussi parfois être responsables de la violence, ce qui peut les traumatiser davantage

Protéger les enfants
Il est de la responsabilité des parents de protéger leurs enfants. Tu trouveras ici quelques approches pour soutenir les enfants dans cette phase difficile :

Tu peux parler ouvertement avec tes enfants, par exemple en leur expliquant qu'elles/ils ne sont pas responsables de la violence et que la violence n'est pas acceptable. Tu peux répondre à leurs questions et leur demander quels sont leurs ressentis tout en acceptant si les enfants préfèrent ne pas en parler. L'important est d'essayer de ne pas de taire la violence et de la balayer sous le tapis.

Essaie de ne pas régler les conflits devant les enfants.

Discute au préalable avec les enfants de ce qu'il faut faire en cas d'urgence. Par exemple, un enfant pourrait aller chercher de l'aide auprès de ses grands-parents, de ses voisin-e-s ou d'autres personnes de confiance.

Essaie de créer des espaces sécurisés pour les enfants, où ils peuvent se reposer et où ils n'ont pas à avoir peur.

Savoir où chercher de l'aide
Toi et tes enfants pouvez bénéficier d'un soutien et de conseils en cas de violence domestique. Nous te recommandons de le faire. Tu trouveras ici un aperçu général des centres d'aide (également pour les mineur-e-s) en Suisse.

Voici quelques points importants:

De nombreux centres d'aide aux victimes ont du personnel qui fournit également des services pour les enfants.

Si tu te rends dans un foyer pour femmes ou pour hommes, tu peux emmener tes enfants avec toi.

Si l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA) reçoit un avis de mise en danger du bien-être de l'enfant, elle intervient. Cela se produit par exemple lorsque la police est appelée alors que des mineur-e-s vivent dans un ménage. Il est toutefois très rare que les enfants soient placé-e-s à l'extérieur - l'APEA a pour mission de clarifier la situation et tente de protéger les enfants. Les centres d'aide aux victimes et les maisons d'accueil pour femmes peuvent te conseiller si tu as des questions sur l'APEA en rapport avec la violence domestique.

Séparation

Tu envisages de quitter ta relation violente.

Que faut-il savoir à ce sujet ?

Sache que cette phase peut conduire à une escalade. Selon les expert-e-s, la phase de séparation d'une relation violente peut être particulièrement dangereuse. Si la personne qui passe à l'acte ne supporte pas la perte de contrôle sur sa/son partenaire, il y a un risque accru d'escalade des conflits et de recours à la violence.

Protège-toi. Si tu as peur de la réaction de ton ou ta partenaire, nous te recommandons de suivre les étapes suivantes :

Appelle la police si tu te sens gravement en danger.

Il peut être plus sûr de mettre fin à la relation par téléphone ou par message. Si tu veux rompre en personne, tu peux le faire dans un lieu public. Il peut être utile d'avoir des ami-e-s ou de la famille qui t'attendent à proximité.

Si tu vis avec ton/ta partenaire : ne préviens pas que tu penses partir. Quitte l'appartement lorsqu'il/elle n'est pas à la maison et emporte tes affaires avec toi.

Ne rejoins pas ton ex-partenaire seul-e à la maison après la séparation, même à sa demande. Veille à ce que vous vous rencontriez dans un café ou un autre lieu public.

Réfléchis à un plan d'urgence. Accorde-toi par exemple avec tes proches sur un signal d'urgence. Il peut s'agir d'un mot, d'une phrase ou de tout autre signal que tu peux utiliser pour les alerter que tu te sens en danger. Discute au préalable avec tes proches de ce qui doit être fait lorsque tu actives le signal. Prépare un sac d'urgence avec tout ce dont tu as besoin si tu dois quitter la maison rapidement.

Entsch beziehung

Relation

Tu as un sentiment mitigé, mais tu souhaites rester dans la relation.

Il n'est pas facile de se séparer de son ou de sa partenaire. Et dans une relation violente, les obstacles sont d'autant plus nombreux. Ce que tu vis dans ta relation n'est pas toujours facile à catégoriser. Tu n'es pas seul-e à ressentir ces sentiments. Les personnes concernées par les violences ont souvent besoin de plusieurs tentatives pour réellement quitter une relation toxique.

Les expert-e-s recommandent en principe de mettre fin à une relation abusive dans laquelle les personnes concernées subissent des violences émotionnelles et/ou physiques répétées et de demander de l'aide.

Si tu n'es pas encore prêt-e à ou ne souhaitent pas franchir cette étape, nous te recommandons ce qui suit :

  • Réfléchis à la raison pour laquelle tu restes. Dans de nombreux cas, une dépendance s'est développée et il est difficile de la briser. Ou des sentiments tels que l'impuissance, la honte, la colère et la peur peuvent influencer ta décision.
  • Informe-toi sur le sujet. Apprends à reconnaître les signes d'une relation violente. Mieux tu identifieras les schémas de comportement toxiques de ton ou ta partenaire, plus tu seras en mesure d'obtenir le soutien adéquat
  • Documente les épisodes de violence. Essaie de noter les cas de maltraitance (date, déroulement des événements, citations, blessures, écrans imprimés de messages insultants). Cela peut t'aider à mieux identifier les schémas de violence dans ta relation et à disposer de preuves importantes en cas de plainte. Attention : conserve toutefois impérativement ces informations dans un endroit sûr.
  • Demande du soutien. Les relations abusives sont très lourdes sur le plan émotionnel. Cherche une aide professionnelle ou confie-toi à un membre de ta famille ou à un-e ami-e. Tu n'as pas à porter ce fardeau tout-e seul-e.
  • Fais passer ta sécurité avant tout. La violence émotionnelle peut être suivie de violence physique. Ta sécurité est prioritaire. Réfléchis à une stratégie d'urgence avant qu'une situation de violence extrême ne se produise.

Plainte

Tu souhaites porter plainte contre un-e partenaire violent-e ? Pour cela, tu dois savoir ce qui suit :


Quand peux-tu porter plainte ?

Certains délits sont poursuivis d'office et d'autre nécessite le dépôt d'une plainte. Si la police a connaissance d'un délit poursuivi d'office, elle engagera donc des poursuites automatiquement. Dans le cas d'un délit poursuivi sur plainte, tu dois, en tant que personne concernée, déposer toi-même une plainte pénale. Dans les deux cas, tu peux te rendre à la police pour porter plainte.


Les délits poursuivis d'office dans le domaine de la violence domestique et conjugale sont :

  • Lésions corporelles simples et graves

  • Voies de fait répétées (gifler, frapper, arracher les cheveux, etc.)

  • Menace

  • Contrainte

  • Homicides ou tentatives d'homicide

  • Agression sexuelle et viol

Les délits poursuivis sur plainte dans le domaine de la violence domestique et conjugale sont:

  • Dommages à la propriété

  • Voies de fait uniques (par exemple une gifle)

  • Violation de domicile

  • Harcèlement

  • Utilisation abusive du téléphone (en cas de harcèlement)

  • Harcèlement sexuel

Dans le cas d'un délit poursuivi sur plainte, tu as la possibilité de retirer la plainte pénale. Dans le cas d'un délit poursuivi d'office, seule l'autorité pénale peut le faire.

Tu trouveras ici des informations sur la situation juridique en Suisse.


Pourquoi porter plainte ?


Lors de la plainte, les autorités examinent si un acte punissable a eu lieu. Si c'est le cas, la personne accusée est punie. Une plainte peut notamment te protéger contre d'autres incidents de violence. Nous te recommandons de te faire conseiller : des expert-e-s (par exemple des centres d'aide aux victimes ou des foyers d'accueil) peuvent te soutenir et répondre à tes questions.

Comment peux-tu documenter la violence ?


Pour pouvoir porter plainte et prendre d'autres mesures de protection, il est très important de documenter la violence aussi précisément que possible (y compris la date et l'heure) :

Fais des captures d'écran de messages, d'e-mails ou de contenus de médias sociaux menaçants ou violents.

Fais des captures d'écran si tu es terrorisé-e par des appels téléphoniques.

Enregistre les messages vocaux menaçants ou violents.

Enregistre les rapports médicaux si tu as demandé une aide médicale pour cause de violence domestique.

Note la date et le type de violence et si tu as appelé la police.

Prends des photos des blessures physiques. Il doit être clairement reconnaissable que tu es la personne blessée. Garde donc si possible les blessures sur la photo de manière à ce que l'on voie ton visage.

Il peut être utile de noter les preuves sous la forme d'un journal. Il est important de sauvegarder les documents dans un endroit sûr auquel personne d'autre n'a accès. Tu peux aussi envoyer les preuves de violence à une personne de confiance afin de ne pas avoir à les conserver toi-même.

Entscheidung gesundheit Je voulais juste disparaître. Me cacher derrière les rideaux, ne pas me faire remarquer.

Santé

Tu ne te sens pas bien, tu dors mal, tu sembles anesthésié-e émotionnellement ou tu as peur.


La violence physique et émotionnelle dans une relation a des conséquences importantes sur la santé, notamment sur la santé mentale :

  • Anxiété et crises de panique

  • Troubles du sommeil

  • Dépression et manque de motivation

  • Épuisement émotionnel

  • Désespoir et impuissance

  • Terreur

  • Perte de contrôle

  • Pensées suicidaires

Cela peut fortement influencer et réduire ta qualité de vie. Peut-être que tu n'arrives plus à te concentrer au travail ou dans tes études, ou que tu n'as guère d'énergie pour gérer ton quotidien.

Il peut être très soulageant de parler de ta santé mentale. Confie-toi à ton entourage ou cherche de l'aide professionnelle. Tu trouveras ici des thérapeutes qualifié-e-s dans toute la Suisse. Pour que tu obtiennes le meilleur soutien possible, tu peux limiter ta recherche par symptômes, situations, langue ou sexe.

Les centres d'aide aux victimes peuvent également t'aider à trouver le soutien psychologique adéquat.

Plus d'informations

Tu n'es pas sûr d'être concerné-e par les violences.

Les relations toxiques et violentes ne sont pas toujours faciles à reconnaître. La plupart du temps, la relation commence par de forts sentiments amoureux et beaucoup de passion. Des dynamiques et des schémas de comportement toxiques se développent insidieusement et sont souvent refoulés ou embellis. La violence émotionnelle en particulier, comme les critiques constantes ou la forte jalousie, n'est longtemps pas considérée comme un abus.

Mais un sentiment de malaise et la conviction que quelque chose ne va pas souvent persistent.

Si tu te reconnais dans ces propos, nous te conseillons de te renseigner le plus possible. Plus tu pourras identifier les comportements toxiques de ton partenaire, plus tu seras en mesure d'obtenir du soutien et de prendre les bonnes décisions pour toi.

Tu ne perds pas la tête

La violence peut prendre de nombreuses formes

Ce n'est pas de ta faute

Est-ce que ma relation est en bonne santé ?